Critique du film Panique sur le vol 285

Panique sur le vol 285

Note du film : 4/5
Auteur de la critique : yossam
Voir ses autres critiques de films
Thriller de George Edwards
Avec Michael Jackson, Bugs Bunny, Donald Duck, Gerard Depardieu, Sean Connery, et des figurants
Avis lu 4212 fois
Noter cette critique de "Panique sur le vol 285"
(note actuelle : 4.25 )
Envoyer la critique de "Panique sur le vol 285" à un ami
Passer la critique de "Panique sur le vol 285" au Débilitron

0Rechercher le DVD Panique sur le vol 285 sur 2xmoinscher.com

Les gens paniquent. Déjà, George Edwards nous lance dans l'action. Un habile mouvement de caméra appelé pan panoramique nous révèle que nous nous trouvons embarqués sur le vol 285. L'avion de ligne de Bangkok 3000 essaye de manoeuvrer à travers un orage électro-magnétique. De nature extraterrestre ? Possible, vu les précédents du réalisateur. Nous nous souvenons bien sûr des superproductions d'Edwards : "Un extraterrestre à Paris", "Souris à ta mort sale Terrien", "OVNI à babord", et bien sûr "Panique sur le vol 284". Mais la surprise nous attend au tournant dans ce nouvel opus des "Panique...". En effet, le cinéaste s'est cette fois trouvé un complice : Lawrence W. D. S. John Besmont, III. Ce scénariste à succès a plus d'un tour dans son sac et place la barre très haut.
Les gens paniquent donc. Le pilote (le même que celui des "Panique..." 174 à 219) retrouve d'emblée ses vieux réflexes et se glisse entre les carrosseries intérieures et extérieures pour vérifier les câblages : quelle surprise pour le pilote (et le spectateur déstabilisé) de voir que des canards mutants ont rongé les circuits imprimés, menaçant ainsi le géant du ciel de détruire le village laponien où réside le Dalaï Lama. Le pilote, ne sachant que faire, ne peut qu'en appeler aux passagers. Une chance : la "SUCE palmipèdes" (la Société Universelle et Conventionnelle des Etudes palmipèdes) se trouve sur la liste des passagers... Leur aide sera précieuse au pilote.

Malgré une scène d'exposition conventionnelle et décevante, George Edwards s'en tire une fois de plus avec brio. Il a su manier tous les éléments d'une bonne narration tout en y apportant des nouveautés bien à lui. La musique, quant à elle, accompagne sans envahir. Un bilan positif, avec une petite note négative qui marque l'absence de Chuck Norris dans le rôle du steward afro-japonais en mal d'amour. Un rôle qui lui convenait à merveille, nous en convenons...

 

Login

Pseudo

Password

Nouveautés

Sonneries de portable

Top Votes

Le moins aimé :

Sondage

Votre avis sur Borat ?

Excellent !
Pas mal
Moyen
Nul

510 votants

Anciens sondages

Top Affiches

Best of DVD

Rechercher

Options :

Chercher dans :

Top Lectures

Le moins lu :

Top Auteurs

Dossiers

Aucun lien(s)

Livraison fleursKit graphiqueFilmcells
Votre lien ici ?