Critique du film Goal ! Naissance d'un prodige

Goal ! Naissance d'un prodige

Note du film : 2/5
Auteur de la critique : Pazteque
Voir ses autres critiques de films
Mythe Kronembourien de Coach
Avec des acteurs très balèzes qui pratiquent un jeu tout en souplesse
Avis lu 11234 fois
Noter cette critique de "Goal ! Naissance d'un prodige"
(note actuelle : 6.57 )
Envoyer la critique de "Goal ! Naissance d'un prodige" à un ami
Passer la critique de "Goal ! Naissance d'un prodige" au Débilitron

0Rechercher le DVD Goal ! Naissance d'un prodige sur 2xmoinscher.com

"Goal ! : Naissance d'un Prodige", Dieu que c'est énorme !
Trop énorme d'ailleurs, car votre obligé ne saurait ici se laisser aller, sans ne laisser derrière lui qu'un pamphlet aigri, pâle copie de l'indépassable "Mort au Foot" du grand Saint Pierre (Desproges bien sur). Déjà fait donc, alors à quoi bon, sinon pour s'éloigner de la seule vraie croisade : la guerre à la critique savante, formulée en connaissance de cause ? Et puis question de principe, je ne raille pas les handicapés mentaux. Mais trêve de tours autour du pot, je vous entend déjà crier "allez balance la sauce !", ce qui, entre nous, n'est pas une formule des plus élégantes : je ne vous félicite pas !

Alors voilà, voilà j'y viens, et j'y viens avec la forme qui convient à pareilles circonstances : soit en caleçon/t-shirt et babouches, traînant des pieds, une bière à la main, avant de me laisser mollement tomber dans le canap' devant une pause publicitaire qui n'en finit pas de nous mener, messieurs, par le bout de la queue, et ce jusqu'au supermarché le plus proche parce qu'avec son rasoir électrique Caterpillar quatorze lames et tout droit sorti des labos de la N.A.S.A., on verra enfin kika des couilles, et cette fois c'est sur, il aura la femme bonhomme !.
Qu'on se le dise, Goal, n'est pas le genre de film à rester sur le banc de touche, et encore moins à rester se toucher sur un banc. Il n'y a qu'à voir pour s'en convaincre la meilleure moitié de M. Karembeu... qui a déjà fait saliver plus d'un hydrophile jusqu'à lyophilisation complète. Non, Goal c'est avant tout un pur extrait de mythologie moderne, et qui dit mythologie dit grec, ce qui nous amène sans détour à la scène d'exultation collective des onze joueurs, plus emmêlés que des invités chez Patrick Sébastien et que les comptes de la Mairie de Paris réunis, triomphants après un but de la tête ponctué d'un son de darbouka. "Pok !". L'unique scène d'amour du film, mais très réussie grâce à la prestation tout en souplesse de vieux harders recyclés dans la cascade.
Le reste du film, avouons-le, est un peu cousu de fil blanc : l'ailier passe au centre, qui enchaîne : petit pont, grand con, petite passe, gros juron, petite engueulade, gros glaviot on lui renvoie la balle, etc. Le seul vrai suspense du film, on le doit à la prestation des spectateurs qui eux seuls ont su par leur prévenance, parer à toute pénurie de chips et de bière.
Toutefois il est heureux qu'après toutes ces années de clins d'oeils incessants des joueurs au monde de la comédie pour obtenir de l'arbitre un petit carton jaune, le cinéma lui renvoie enfin la balle, et c'est le but !

Ajoutons à cela qu'en période de fêtes il faisait bon se vautrer sur le sofa entre le Leboeuf et le (White Hart) Lane, et sur une échelle de 1 à 5, ce film a bien mérité son 2 et un maillot dédicacé par les juniors de Lamotte-Boeuvron.

 

Login

Pseudo

Password

Nouveautés

Sonneries de portable

Top Votes

Le moins aimé :

Sondage

Votre avis sur Borat ?

Excellent !
Pas mal
Moyen
Nul

510 votants

Anciens sondages

Top Affiches

Best of DVD

Rechercher

Options :

Chercher dans :

Top Lectures

Le moins lu :

Top Auteurs

Dossiers

Aucun lien(s)

Livraison fleursKit graphiqueFilmcells
Votre lien ici ?